Le Houga

Vivre au Houga

Chapelle

L’église SAINT PAULIN du hameau de SAINT AUBIN, village anciennement fortifié et siège d’un fief d’église, dont le gros œuvre est gothique (XV siècle), a peut-être conservé des maçonneries plus anciennes. Son plan est simple, une nef rectangulaire terminée par un chevet polygonal. Elle n’a jamais été vouté de pierre sauf le chevet ; les importants contreforts sur le côté nord ont été placés pour retenir le déversement des murs. Quatre fenêtres irrégulières et tardives éclairent la nef, deux au Nord, deux au Sud. Le retable du chœur est encadré par deux étroites ouvertures.

L’entrée unique est au Sud protégée par un auvent de charpente, dont le toit en appentis couvre les deux tiers du mur gouttereau de la nef.

Mairie Le Houga - église SAINT PAULIN

La porte elle-même, placée sous un linteau monolithique est surmontée d’une pierre ornée d’un chrisme en faible relief, réemploi d’un décor primitif.

Mairie Le Houga - Pierre ornée d’un chrisme

L’intérieur dont le volume très simple est couvert d’une voûte lambrissée et surbaissée.

Le retable est dominé par le grand Christ en croix du retable entre la Vierge et un Saint Paulin évêque, le Christ en ronde de bosse, les deux saints en demi relief de bois polychrome et doré. De part et d’autre de l’autel,

Mairie Le Houga - Le retable

Les boiseries peintes sont scandées par des pilastres qui supportent une corniche avec des pots à feu et les profils en médaillons de la Vierge et du Christ. Des chutes de guirlandes soulignent la verticalité des pilastres, tandis que des médaillons centrés meublent les tableaux aux dessus des portes.

Mairie Le Houga - Boiseries peintes

Sur intervention et apport financier des archevêques d’Auch, Mgr Montillet puis Mgr d’Apchon, avec la contribution du chapitre de Nogaro et de divers donateurs, tout cet ensemble boiserie et sculptures peint et doré a été réalisé dans le dernier quart du XVIII ième siècle.

La chaire est contemporaine, de même que la balustrade peinte de la tribune qui laisse à penser que la même harmonie se retrouvait sur les murs et les planchers du lambris voûtés.

Mairie Le Houga - La chaire

Textes : d’après document de "La sauvegarde de l’Art Français" Ph. Ch.