Le Houga

Mairie

Vœux du Maire

Vœux du Maire, 6 Janvier 2018

Voeux du Maire Madame Patricia FEUILLET GALABERT - Mairie Le Houga

Je ne peux pas commencer cette cérémonie des vœux sans avoir une pensée particulière pour Jean Pierre PUJOL qui nous a quittés ce mois de Novembre. Chacun se souvient de sa présence bienveillante, ici, parmi nous. Homme politique au sens noble du terme, il a œuvré inlassablement pour son territoire, notre territoire. Nous pouvons ici tous témoigner de sa droiture et de son sens de l’intérêt général. Le HOUGA sait ce qu’il lui doit.

Je n’oublierai pas sa dernière action pour notre commune. En effet si nous pouvons aménager et sécuriser la traversée du village c’est à son appui que nous le devons. Il s’était engagé devant vous, à l’occasion des vœux de 2015, à mener à bien l’interdiction pour les poids lourds en transit sur la départementale 6 et ce fut chose faite 6 mois après. Il avait une vision économique et humaniste de son territoire, de tout son territoire. Jean Pierre PUJOL, c’était le respect de la parole donnée, de ses engagements, c’est ce qu’on attend d’un élu.

Le rôle d’un élu n’est pas honorifique, l’élu se doit d’être au service. Nous sommes les dépositaires d’argent public et nous avons reçu mandat pour en faire le meilleur usage possible dans l’intérêt du collectif.

L’usage qui en a été fait cette année, vous avez pu en prendre connaissance dans le bulletin municipal et sur le site internet que je vous invite à consulter. Mais je vais cependant approfondir certains points ce soir.

Avant de rentrer dans le détail des travaux et projets, je voudrais revenir sur le dossier de l’eau et de l’assainissement. Je dis revenir, car pour nous, ces deux dossiers sont des dossiers aboutis qui suivent leur cours normal gérés par le SETA.

Les anciens savent combien la problématique de l’eau est un sujet sensible au HOUGA, et s’attaquer à ce dossier pour se mettre en conformité avec la loi et répondre aux injonctions de l’état est un exercice qui a demandé persévérance et une certaine endurance.

Le temps où une commune produisait et distribuait sa ressource en eau est maintenant révolu. Des mesures sont prises au niveau du département, de l’état, de l’agence de l’eau Adour Garonne visant à économiser la ressource, et à organiser territorialement la production.

Pour ce qui nous concerne, quel qu’ait été le choix, des travaux de raccordement étaient nécessaires mais n’étaient subventionnés que dans le cadre du schéma départemental. C’est dans ce contexte très règlementé que la décision de l’adhésion au SETA s’est faite. Dans ce dossier très lourd, nous avons voulu dépassionner le débat et nous tourner vers l’avenir. Notre démarche est soutenue par les services de l’état et du département et répond à une conception préventive plutôt que curative de la gestion de la ressource en eau.

En effet le forage de la fontaine sainte d’Estang est le seul captage du Gers à avoir été identifié comme captage prioritaire au titre du Grenelle de l’environnement.

Il est également identifié prioritaire dans le schéma départemental d’alimentation en eau potable élaboré par le Département du Gers et l’Agence de l’Eau.

La qualité de la ressource en eau du captage d’Estang est bonne comparativement aux autres ressources exploitées sur le département du Gers.

En effet les produits phytosanitaires rencontrés résultent de contaminations anciennes (l’eau captée aujourd’hui est datée d’une dizaine d’année), et les nitrates restent en dessous du seuil de 50mg/L. C’est pour cet ensemble de raisons qu’un dispositif de préservation de cette ressource est en place. Ce dispositif se traduit par un Plan d’Action Territorial; il s’agit d’un projet concerté, destiné à atteindre l’objectif environnemental, en s’adressant à tous les acteurs concernés (agricoles et non agricoles). Sur le territoire d’Estang, des mesures agro environnementales ont été contractualisées avec les agriculteurs.

A l’heure où la question de la préservation de notre planète se pose de manière de plus en plus aigue, je pense que notre décision d’adhérer au Syndicat des Eaux des Territoires de l’Armagnac a été cohérente et tournée vers l’avenir. Je tiens à préciser que le souci d’un prix du m3 le plus proche de celui que nous appliquions auparavant a également pesé dans notre choix.

Pour terminer sur ce dossier de l’eau, je tiens à vous informer que les réseaux d’eau potable de la cité Pierre Sauvage et des Prunus vont être entièrement rénovés en même temps que la réhabilitation de l’assainissement. Ces travaux seront réalisés et pris en charge par le SETA ce qui conforte le bien fondé de notre adhésion à ce syndicat. Ces investissements importants ne peuvent se réaliser que grâce à la solidarité des communes membres, aux aides du département et de l’agence de l’eau.

Concernant l’assainissement, les travaux se déroulent selon le planning annoncé, ils sont bien avancés à la cité Pierre Sauvage, et vont se poursuivre à la cité des Prunus. Au niveau de cette cité, l’éclairage public va également être réhabilité. Cependant les travaux se dérouleront en deux temps : les réseaux humides d’abord, puis les réseaux secs car une réalisation simultanée en tranchée commune des deux types de réhabilitation engendrerait des difficultés d’accès à leur domicile pour les riverains.

Dans ces deux cités, une fois que l’ensemble des travaux sera terminé, nous réhabiliterons la voirie et le réseau pluvial au niveau des tampons et des grilles avaloirs, il s’agit là d’une compétence communale.

Sont également prévues pour 2018, les mises en conformité du réseau d’assainissement de la rue du Prince Noir et de la Houmbarique.

Cette année, nous avons poursuivi les travaux d’entretien des bâtiments communaux, en régie et je remercie les services techniques pour leur efficacité, ou en faisant appel à des entreprises.

Ainsi nous avons porté notre attention sur L’EHPAD (réaménagement des bureaux, peintures, sol) sur l’école (peintures, sol de l’élémentaire, clôture de la cour de récréation, dispositif anti intrusion)), sur le terrain de foot (mur côté gradins), sur le terrain multisports (pose de barrières pour sécuriser le pourtour), sur l’espace folgarien (réaménagement de la scène, changement du store). L’éclairage public a été changé sur une partie de la route de Mt de Marsan, des lampadaires ont été ajoutés route de Mormès. Le parking des arènes est terminé, celui du foyer devrait l’être cette fin de mois, nous sommes obligés de suivre le rythme des entreprises….

Les travaux d’extension de la mairie vont commencer ce début d’année, vous savez que le temps administratif est un temps long, le commencement des travaux ne peut avoir lieu avant la validation des dossiers de subventions sous peine de les perdre, ce qui est normal. Ceci explique pourquoi ces dossiers mettent du temps à se concrétiser. Dans ce cas précis le débat a été riche, nous avons voulu raison garder et trouver un juste équilibre entre le respect et la mise valeur d’un patrimoine communal et un aménagement propice au développement d’un service public de proximité.

S’il est impératif d’investir, il est toutefois nécessaire d’étaler ces investissements dans le temps. Lors de notre élection, nous avons trouvé des finances très saines grâce à la gestion rigoureuse de Marie Rose DUPRAT, adjointe déléguée aux finances pendant les deux mandats de Pierre GUICHANNE. Nous avons poursuivi dans le même esprit afin de pouvoir investir, sans avoir recours à l’emprunt, tout en maîtrisant la fiscalité, pour réaliser l’ensemble de ces travaux.

Pour ce qui est des projets futurs : l’aménagement de la circulation et du stationnement autour de l’école et de la résidence du soleil sont au programme. Les travaux sur les bâtiments étant achevés, il est temps de sécuriser l’espace, de le rendre accessible aux personnes en situation de handicap et d’organiser le stationnement. Il en est de même pour la route de Mt de Marsan, les accotements inachevés et fortement dégradés vont être réhabilités pour mettre en valeur le chemin de mémoire, cette belle réalisation menée avec Jacques FITAN, et créer du stationnement pour les riverains.

Vont se poursuivre également les travaux au niveau du complexe sportif : aire multisports, clôtures des terrains de foot et de tennis ; au niveau de l’espace folgarien : nous sommes en train de réfléchir à un aménagement de l’espace traiteur et pourquoi pas à l’installation d’un monte plat... au niveau de l’école : rénovation des WC, poursuite des rénovations intérieures.

Concernant la zone médicosociale, les travaux de viabilisation sont programmés, et nous sommes en train d’acquérir le terrain situé au dessus de cette zone afin que la commune soit dotée d’une réserve foncière dans ce secteur stratégique.

Une étude va être lancée pour finaliser la mise en conformité du lac. C’est le premier pas d’un long cheminement vers l’aménagement d’une base de loisirs. Le projet, tout en préservant l’aspect naturel du lac, devra permettre une activité tant au profit d’un développement touristique qu’au profit des folgariens petits et grands.

L’achat des terrains "Coquessalle" effectué en début de mandat permet de mener à bien un projet touristique qui pourra revêtir un intérêt économique pour le développement de la commune. Nous retrouverons ainsi, quelques décennies plus tard, la vocation initiale du plan d’eau.

Il faut pouvoir se projeter sur le moyen et le long terme et ne pas céder à la morosité du discours ambiant sur la ruralité. Notre commune a de nombreux atouts et nous devons nous battre pour les mettre en valeur. Certes, des compétences communales se transfèrent vers les communautés des communes, mais il convient dans un même temps de conserver au niveau des communes ce qui peut l’être dans le but de maintenir un service public de proximité.

En effet, un des atouts du Houga est d’offrir ces services de proximité en termes de santé, d’éducation, de commerces, de services à la personne, de vie associative. Son autre atout est sa situation géographique, à l’extrême ouest du département et de la région, à deux pas de l’autoroute Pau Bordeaux, de l’océan, des Pyrénées.

Nous avons reçu un E-mail en mairie la veille du nouvel an qui nous conforte dans les projets que nous souhaitons voir aboutir. Le texte est le suivant, il émane d’une ancienne élève ayant vécu quelques années dans notre village : « Je viens de découvrir le site internet du Houga, quel plaisir de voir que le village bouge et se transforme ! L'école a bien changé, la fête du Houga est toujours bien présente. Malgré le temps qui passe, j'ai plaisir à lire les noms des personnes que j'ai pu connaître dans mon enfance. Meilleurs vœux et vive Le HOUGA ! »

Ces quelques lignes valent mieux qu’un long discours. Mais néanmoins je vais poursuivre encore un peu le mien... car il y a des aspects de la vie communale que je me dois de souligner.

Ces aspects sont majeurs car ils touchent à ce qui constitue notre avenir, c'est-à-dire la manière dont on prend en compte l’accompagnement des enfants. Le mail que je viens de vous lire montre à quel point l’enfance nous habite tout au long de la vie. C’est donc à ce niveau que les actions doivent se porter, la vie communale étant le premier lieu de tous les apprentissages au travers de l’école, de la vie associative, de l’ensemble des liens que l’on peut tisser au quotidien.

Depuis toujours, au HOUGA, l’école a été une priorité et nous souhaitons maintenir cette position. Il est essentiel qu’une collaboration étroite et une confiance mutuelle existe entre les enseignants et les élus municipaux, mais l’état doit aussi continuer à prendre sa part, 32 élèves voire plus, dans une classe à double niveau ce n’est pas concevable.

Pour ce qui nous concerne, sachez mesdames les enseignantes que nous sommes à vos côtés, et que nous vous apporterons toujours l’aide humaine et matérielle qui incombe à la commune, de même que le personnel de l’ALAE, autrefois communal, aujourd’hui transféré à la CCBA, poursuivra son action dans le cadre péri et extra scolaire. Car c’est bien en amont que chacun se construit et se forge, ensuite, la société a bien du mal à panser les plaies.

Dans cette action, je voudrais souligner également l’implication des bénévoles de la bibliothèque municipale qui on su créer une synergie avec les enseignants et participent ainsi à une ouverture vers la culture. La bibliothèque est le lieu, par excellence, qui permet de répondre à la soif de savoirs, à la soif de connaissances, de découvertes exprimée par les enfants. Mesdames, Messieurs les bénévoles de la bibliothèque, vous êtes les passeurs d’une passion, vous êtes les passeurs du plaisir de se cultiver et du désir de s’ouvrir aux autres. Sachez que nous avons entendu votre complainte légitime, nous savons que vous êtes maintenant à l’étroit dans vos locaux, preuve que votre implication porte ses fruits, vous êtes victimes de votre succès, nous nous rencontrerons très vite pour aborder cette problématique.

Mais nous n’allons pas nous plaindre du dynamisme des associations ! Fournir des entraides sans en attendre un retour immédiat concourt au dynamisme d’un territoire. Il faut préserver cette richesse, la cultiver, car les associations culturelles, sportives, sociales présentes sur la commune favorisent la cohésion, et font vivre les nombreuses infrastructures du village. Sans cette vie qui s’épanouit particulièrement le soir et le week-end, le village serait bien triste. N’oublions pas non plus qu’au HOUGA nous sommes très attachés au côté festif. Pour preuve cette magnifique et chaleureuse journée du 12 juillet animée par le cycloclub mêlant bonne humeur et créativité avec le maillot jaune de Luis OCANA sur notre stade, maillot jaune qui a été mis à l’honneur par la télévision.

Je profite de ce moment pour vous rappeler le concert du nouvel an qui aura lieu dimanche prochain, organisé comme tous les ans par les amis des orgues et le foyer rural, et une nouveauté au HOUGA samedi 27 janvier où nous accueillerons dans l’ensemble de ce bâtiment l’association « SALSA CAMPO » pour des stages et une soirée dédiées à la salsa et à la bachata. Merci à Sylvie et à Stéphanie.

Nous nous réjouissons donc, présidents et membres d’associations, de votre participation et votre implication sans limites dans la vie communale.

Mais tout ceci ne pourrait pas fonctionner sans le soutien logistique des services techniques et administratifs communaux. Je tiens à souligner leur disponibilité et leur efficacité pour faire en sorte que les activités et manifestations se déroulent dans de bonnes conditions. Je les remercie pour leur disponibilité de tous les instants et leur sens du service public. Je voudrais profiter de ce moment pour vous informer du départ à la retraite de Jocelyne. Les folgariens ont apprécié sa manière de servir, sa discrétion, et son professionnalisme. Nous lui souhaitons une retraite bien remplie et dynamique au côté de son époux qui a apporté lui aussi à la commune, expertise et compétence, et qui fait également valoir ses droits à la retraite.

Je terminerai mon propos en abordant le chapitre de la sécurité.

C’est dans le cadre de la sécurité publique que de jour comme de nuit la gendarmerie garantit la protection des personnes et des biens. Je tiens à souligner la présence ici ce soir de la brigade de Nogaro. Ceci est un gage de la coopération qu’il est nécessaire de mettre en place pour assurer votre sécurité. Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la priorité des Français : la sécurité. C’est dans ce cadre là que vous avez pu voir pendant la période des fêtes, période particulièrement sensible, une présence accrue des forces de gendarmerie sur le territoire de la commune. La sécurité et la vigilance sont l’affaire de tous. Nous devons travailler ensemble, et pas côte à côte.

Ce travail de partenariat, il est également de mise dans le cadre de la Sécurité civile. La sécurité civile, ce sont nos sapeurs pompiers volontaires, et au HOUGA, ce sont également nos bénévoles de la protection civile, je remercie Dany et son équipe de leur présence sur le terrain.

Il est du devoir des élus de vous faciliter la tâche, de promouvoir et de mettre en valeur votre action car la sécurité civile relève de la compétence du maire. Notre appui doit être logistique, moral et financier.

Hervé, Lionel, lors de la Ste BARBE, j’évoquais l’esprit constructif dans lequel nous devions œuvrer, toujours dans le souci d’améliorer et de promouvoir le service pour le pérenniser et le développer. Un an après, l’évaluation est positive !

Pour 2017, le centre d’incendie et de secours du HOUGA a effectué 212 interventions sur 37 communes différentes avec en majorité du secours à la personne. Le Centre d’Incendie et de Secours est intervenu 65 fois au HOUGA.

L’activité opérationnelle de l’année 2017 est la plus élevée depuis la création du centre de secours en 1889.

J’ajouterai, qu’outre votre engagement au service des autres, j’apprécie votre attachement aux valeurs telles que le respect des anciens et de leur expérience, l’entraide intergénérationnelle, la solidarité, la fraternité. Ce lien, vous le faites vivre à travers la stèle que vous avez faite ériger à la caserne à la mémoire des anciens sapeurs pompiers. De même, l’anniversaire des 130 ans de la création du corps des sapeurs pompiers et le livre que vous êtes en train de rédiger montrent ce sens profond de la continuité entre les générations. La transmission entre les générations permet l’apprentissage de la citoyenneté, elle permet également de se construire à partir de repères sécurisants.

Demain, sera la date anniversaire de l’attentat de Charlie hebdo, ce jour là a bouleversé nos paradigmes et nous a fait prendre conscience de notre besoin de solidarité, de tolérance, de fraternité. Ce sont ces valeurs qu’il nous faut faire vivre au quotidien chacun à notre niveau.

Des moments comme celui que nous vivons ce soir y contribuent, je vous souhaite, en mon nom et au nom du conseil municipal, à toutes et à tous, à vos proches, une année 2018 sous le signe du dynamisme, de l’efficacité, de la générosité, de la fraternité.

Patricia FEUILLET GALABERT,
Maire de le Houga